Ce mercredi 22/03 à Paris, Transgourmet France et le NUMA vous donnent rendez-vous pour une 1e table ronde intitulée Vive #La FoodTech.

Au programme: une discussion sur le thème de l’innovation dans le domaine de la restauration, animée le directeur commercial et de l’offre de Transgourmet France, les membres fondateurs de deux Start-ups actrices du domaine de la #FoodTech, un journaliste spécialisé sur la gastronomie et un restaurateur entrepreneur le qui font bouger les lignes de la restauration en France.

À cette occasion, Yves Cebron De Lisle, directeur commercial & de l’offre de Transgourmet a pris le temps de répondre à nos questions:

 

1) Pourquoi avez-vous choisi le NUMA pour accueillir cet événement ?

C’est une première pour Transgourmet d’organiser ce type d’événement. Notre table ronde a pour objectif, avec l’ensemble des participants conviés, de débattre des enjeux de la foodtech dans le milieu de la restauration hors domicile.

Nous avons assez naturellement choisi le Numa Paris car il est un lieu emblématique de la transformation numérique, au cœur de Paris.

À la fois accélérateur de start-ups, lieu de co-working et de structuration de réseaux, il accueille aussi une programmation très riche en événements et conférences.

Nous nous reconnaissons aussi l’approche de Numa, tournée vers l’ouverture, les rencontres et les synergies entre grands groupes et start-ups pour créer de la valeur

 

2) Quelles sont les solutions #foodtech proposées par Transgourmet ?

Sur son marché, Transgourmet a été un précurseur de solutions digitales en proposant à ses clients un site e-commerce dès les années 2000. Depuis 2008, nous avons accéléré le développement de multiples solutions web, dont e-Quilibre qui regroupe aujourd’hui une suite d’outils de gestion web pour toutes les restaurations.

Le dernier service en date est « e-Quilibre Gourmet » : il propose au restaurateur une solution d’aide à l’approvisionnement produits multi-fournisseurs, au pilotage des coûts matières ainsi qu’à la gestion de la data produits (allergène, données nutritionnelles).

Nous développons depuis peu une interface de ce service en ligne avec la solution caisse digitale sur Ipad, proposée par la start-up Tiller, partenaire de Transgourmet. Cette intégration permet très concrètement de remonter les informations produits dans l’outil de commande du service en salle comme à la caisse, d’alimenter le back office de la caisse avec les coûts matières, et les ventes réalisées en salle sont intégrées dans l’outil de réapprovisionnement.

Ces solutions font parties du nouveau portail de services Transgourmet Solutions, lancé en janvier 2017, pour les clients restaurateurs de Transgourmet. Une partie de ces services sont apportés par des start-ups référentes de la foodtech, parmi elles : Brigad, Skello, Tshoko, Les habitués…  

 

3) En quoi celles-ci vont-elles contribuer à développer la relation client dans le monde de la restauration ? 

Nous sommes convaincus que de nombreuses solutions foodtech offrent des opportunités pour le restaurateur d’aller vers une amélioration de l’expérience du client dans son établissement.

Les solutions liés à l’amont du parcours client, notamment celles qui gravitent autour de l’e-réputation font a minima prendre conscience au restaurateur qu’il doit aujourd’hui savoir ce qui se dit sur les réseaux, et savoir maitriser la communication sur son restaurant.

Il s’agit là de faire venir, attirer et séduire, mais aussi être en interaction avec sa communauté de clients, qui commente, qui évalue largement l’expérience culinaire. Certaines applications aident ainsi le restaurateur à construire et à communiquer l’identité de son établissement.

La majeure partie des solutions tournées autour de la gestion (RH, produit, financière, hygiène, qualité…) ont pour finalité de faire gagner du temps au restaurateur dans toutes ces tâches inhérentes au fonctionnement.

Ce temps précieux de gagné, c’est aussi de la disponibilité en plus pour se consacrer à la cuisine, à l’accueil et à l’information donnée de la clientèle. Des solutions qui, selon moi, permettent de remettre l’humain au centre, plus de contact et d’échanges entre le restaurateur, son équipe et son client.

 

4) En quoi les solutions #foodtech modifient-elles les métiers de la restauration ? 

Spontanément, je dirai que les grands métiers de la restauration ne changent pas fondamentalement… Si ce n’est que le profil des patrons restaurateurs évolue et que la manière de consommer change aussi.

C’est sans doute le métier de patron en restauration qui est le plus impacté. Selon moi, les solutions foodtech peuvent donc:

  • Accélérer le métier de restaurateur,
  • L’aider à émerger, 
  • Accompagner le métier de restaurateur.

En résumé, un restaurateur est multi casquette : acheteur, DRH, comptable, marketeur, cuisinier… Concilier et maitriser toutes ces fonctions, même en s’entourant, n’est pas tâche facile, source de stress et de complexité.

Nous travaillons à proposer à nos clients depuis longtemps des solutions facilitantes au-delà de la fourniture de produits ; et nous croyons qu’avec les acteurs de la foodtech nous pouvons aider toujours plus le restaurateur dans son business, sa création de valeur et sa performance.

Le bouleversement de la restauration est aussi pour le restaurateur nouvelles sources de développement : l’explosion des services de livraison aux particuliers ouvrent par exemple la possibilité au restaurateur de vendre au-delà de la capacité d’accueil de sa salle.

Enfin, il faut avoir en tête que les jeunes générations de consommateurs ont des nouvelles attentes : avant de venir manger, un convive veut vivre une expérience au restaurant. Les restaurateurs doivent être conscients de cela pour adapter la manière de créer l’identité de leur lieu, la constitution de leur carte, leurs choix de produits, la formation de leurs équipes en salle, la gestion de leur business…

Les acteurs de la foodtech, start-up ou non, sont au cœur de ces changements de générations, et peuvent insuffler ce qui est essentiel pour un restaurateur : innover et se différencier.

 

5) Quelles doivent être les priorités des restaurateurs qui souhaitent avancer dans leur transformation numérique aujourd’hui? 

Selon moi, la première priorité pour le restaurateur est d’abord de réaliser le diagnostic de sa situation, de son approche, de sa maîtrise du numérique et de ses outils.

Le restaurateur doit prendre le temps de faire cet état des lieux, pour ensuite prioriser ses choix. La transformation numérique ne doit pas faire peur, elle ne doit pas complexifier ou être vécue comme telle.

Pour échapper à cela et tirer les bénéfices du digital, le restaurateur doit s’informer, échanger avec ses pairs, se former si nécessaire et être accompagné.

Le rôle d’un distributeur, en proximité quasi quotidienne avec ses clients restaurateurs, peut aussi d’être un apporteur d’expertise.

Avec notre activité Transgourmet Solutions, nous pouvons aider nos clients à découvrir, à faire les bons choix de solutions digitales et de mise en cohérence de ces solutions dans son éco-système.

 

 

Inscrivez-vous à l’événement Vive la #Foodtech ici

foodtech


 

“Amorcer sa transformation numérique c’est bien, avec un plan stratégique en place, c’est mieux.” HBH. 

Hannah Beraud Digital Communications est une agence de conseil dédiée aux hôtels, restaurants et à l’industrie du tourisme. Notre mission: aider les professionels de l’industrie à créer des relations digitales plus humaines afin d’augmenter leurs ventes et maximiser leurs actifs; et les accompagner dans leur transformation numérique. 

Contactez-nous!

Digital agency for hotels, restaurants, travel : strategy, humanisation, authenticity